L’ami de mon amie (1987) d’Eric Rohmer

Le post d’aujourd’hui porte sur dernier volet de la série Comédies et proverbes d’Eric Rohmer : L’ami de mon amie avec le proverbe attenant : Les amis de mes amis sont mes amis. Cela fait six fois le mot ami(e) dans le titre et son sous-titre, c’est beaucoup.

Le film aurait pu s’appeler Le jeu de l’amour et du hasard à Cergy Pontoise ou encore L’ile des esclaves sur les étangs de Neuville. Il s’agit en effet d’un aimable marivaudage se déroulant dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Après Marne La Vallée dans Les nuits de la pleine lune, voici une autre ville nouvelle dans un film de Rohmer. C’est la fin de la série donc Evry ou Melun Sénart n’auront que leurs yeux pour pleurer. Elles ne seront pas immortalisées par le cinéaste.

ami_amie

Le film reconte l’histoire de Blanche, fonctionnaire aux affaires culturelles à la mairie de Cergy-Pontoise qui rencontre Léa, une étudiante qui sort avec Fabien, un jeune homme, très sportif qui pratique assidûment natation et planche à voile, c’est lui l’ami de son amie. Les deux jeunes femmes vont donc devenir très amies et côtoyer tout le petit monde – assez restreint – de Cergy-Pontoise où, en plus des trois précédemment cités, vient s’ajouter Alexandre, ingénieur EDF, centralien, beau séducteur mais qui, apparemment, ne sort qu’avec des poufs – si j’en crois les dire des jeunes filles qui ne sont probablement pas exempts de jalousie -. Blanche va s’éprendre d’Alexandre mais être incapable de se dévoiler car elle perd tout ses moyens dans les situations où elle est seule avec lui et où il lui tend une perche. Il y a d’autres péripéties dans le film que je ne vais pas dévoiler entièrement.

Le principal de sujet de dissertation du film est cette fois-ci absolument captivant : ai-je le droit de sortir avec le mec de ma meilleure amie, même après qu’ils ont rompu, ou, autre version, ai-je le droit de sortir avec le mec sur lequel ma meilleure amie flashe même si leur amour est impossible car lui ne l’aime pas. La question est intéressante et la réponse ne va pas de soi. J’ai moi-même déjà été confronté à cette situation où un bon ami a renoncé à pousser son avantage plus avant pour une fille sur laquelle il avait une ouverture mais que j’avais rencontré le premier et sur laquelle j’avais vraiment flashé (je n’en dirai pas plus). Et la réponse n’est pas simple. Rohmer développe son histoire pour lequel le spectateur a de l’intérêt car il se sent concerné et voudrait savoir la suite. Un beau sujet donc, emballant et bien structuré.

Les acteurs, là encore une aimable surprise. Le rôle de Blanche est joué par Emmanuelle Chaulet, celui de Léa par Sophie Renoir, celui d’Alexandre par François-Eric Gendron et celui de Fabien par Eric Viellard. Ces noms vous disent-ils quelque chose ? A moi, rien du tout. Un petit détour par IMDB me permet de constater que c’est le premier rôle d’Emmanuelle Chaulet qui aura l’année suivante un petit rôle dans Chocolat (le film de Claire Denis avec Isaac de Bankolé, pas celui avec Juliette Binoche), Sophie Renoir fera quelques série télé (Pause café, Les cordier) et un petit rôle dans Un beau mariage, de Rohmer, et pareil pour les rôles masculins. Ce sont donc de complets inconnus au cinéma. Ce n’est jamais trop grave chez Rohmer on on n’a pas besoin d’être un génie Shakespearien pour briller (il fera bien jouer Arielle Dombasle !)  et ces jeunes acteurs donnent une fraîcheur, une jeunesse bienvenue au film. En plus, ils sont très beaux ! Les garçons sont plutôt beau gosse même si je ne suis pas vraiment connaisseur, Léa est adorable et Blanche plus fragile et très séduisante avec son petit air d’hirondelle amoureuse et complexée.

Techniquement parlant, le film est aussi réussi ce qui encore une fois n’est pas le cas de tous les films de son auteur. Rohmer utilise la ville nouvelle et son architecture pour illustrer le sentiment de solitude qui oppresse Blanche en montrant l’amphithéâtre à la Bofill, le grand appartement tout blanc où vit la jeune fille ou l’immense piscine municipale. Les décors sont soignés, les couleurs vives, la copie de bonne qualité et les scènes en plein air, sur l’étang, dans la forêt très vivantes et réalistes. Cela tranche un peu avec la manière de filmer, que je trouve parfois négligente, de Rohmer dans ses autres films.

ami_amie1

Ce film est plaisant et se termine en apothéose par une scène d’anthologie, purement marivaldienne et très drôle ce qui est rare chez Rohmer avec quiproquo, amant caché dans le placard etc … Le plan final où les quatre acteurs sont ensemble avec un homme et une femme habillés de la même couleur (bleu turquoise bien marqué) et l’autre homme et l’autre femme habillés en vert émeraude, avec les couples formés portant une couleur différente (un en turquoise, un en émeraude) est inoubliable. Je me suis demandé ce que Rohmer a bien voulu suggérer dans ce plan magnifique et mystérieux. La logique aurait voulu que les couples portassent la même couleur de façon à exprimer la symbiose dans la quelle ils sont censés vivre. Est-ce pour signifier que, quoiqu’en disent les apparences, tout ce petit monde est interchangeable et l’échange de copine / ou copain est l’horizon promis à ces jeunes amoureux une fois la magie des premiers jours dissipés (ce ne serait pas la première fois) ? Je ne sais pas mais ce n’est pas grave, cela fait réfléchir le spectateur et lui donne le loisir de trancher. Encore un bon Rohmer, bien meilleur que mon souvenir de la première fois où je l’avais vu il y a une bonne vingtaine d’années.

Tous les films

Publicités

2 réflexions sur “L’ami de mon amie (1987) d’Eric Rohmer

  1. Pingback: Conte d’automne (1998) d’Eric Rohmer | Ecran noir - London

  2. Pingback: Table des matières | Ecran noir - London

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s