Spectre (2015) de Sam Mendes

Voici donc le post sur le dernier James Bond que je viens de voir : Spectre de Sam Mendes.

Quelques éléments de (ma) biographie pour savoir d’abord d’où je viens en ce qui concerne Bond. J’adore James Bond et j’avais vu avec délectation tous les épisodes jusqu’à Meurs un autre jour (Die another day, 2002). Le soir où j’ai vu ce film, je suis sorti ulcéré de la salle de cinéma : c’était de très très loin le plus nul de toute la série, tout y était ridicule, les ficelles des producteurs pour essayer de rafraîchir la franchise étaient complètement ratées, le scénario est grotesque, les gadgets aussi, bref, un désastre. J’avais alors décidé que Bond était mort et j’avais boycotté tous les Bond ultérieurs, car de surcroît le nouveau Bond, Daniel Craig (dont je n’avais vu que des photos, forcément je me suis abstenu des films), ne correspondait pas – selon moi – aux canons du genre.

Or voici que quelques années est sorti Skyfall, film qui a fait l’unanimité et pour lequel un certain nombre d’amis avaient tenté de me convaincre de sortir de mon monastère pour aller le voir. J’étais prêt à le faire mais le temps que je me décide, le film n’était déjà plus à l’affiche. Lorsque Spectre est sorti en Novembre 2015, c’était donc la fin du sevrage, mon premier Bond depuis 13 ans, le premier avec Daniel Craig.

Spectre

Que dire ? Si je devais narrer tout ce que le film m’a inspiré, ce post ferait quinze pages mais serait aussi quinze fois moins intéressant qu’un post normal car ce ne seraient que des comparaisons douteuses sur la James Bond girl, le méchant etc … Le fait est que, après avoir vu le film (séance de 17h30, finissant à huit heures), je suis allé au pub avec mes collègues et nous avons devisé pendant trois heures sur le top 10 des Bond girls, le top 10 des scènes introductives etc … A se demander si ce n’est pas le principal intérêt des films de Bond. Je vais vous épargner cela.

D’abord, après le détestable Die another day, je dois admettre que, à mon grand soulagement, Bond is back ! Spectre remplit tous les critères dans des proportions acceptables. Craig est un Bond moins charmeur que Brosnan ou Moore, plus dans le veine de Sean Connery, mais tout à fait appréciable. Il y a deux Bond girls, une scène d’introduction pas mal ficelée, un méchant tout puissant, le fidèle serviteur du méchant tout puissant, une sorte de brute épaisse, il y a M, il y a Q, il y a Miss Moneypenny, il y a des gadgets, il y a une belle bagnole (pas invisible ?! comme dans Die another day), des smoking blancs, des vodkas martini, des innovations technologiques qui peuvent engendrer la fin du monde … je vous l’ai dit : BOND IS BACK !! C’est réjouissant.

Maintenant, en y regardant de près, la cuvée 2015 n’est pas non plus le millésime du siècle. Christopher Waltz, le méchant du jour ne fait pas vraiment peur. On est loin des Mads Mikkelsen (Casino Royale) ou Christopher Walken (Dangereusement votre, 1985). En plus du méchant, il y a son homme de main. Là, c’est encore pire : on ne sait pas qui il est, d’où il vient et où il va. C’est vrai qu’il est costaud et qu’il fait peur (et qu’il conduit très vite) mais c’est à peu près tout. Je ne me souviens même pas de son nom, c’est dire !

Les Bond girls de ce film ont donné lieu à une espèce de passe d’arme rhétorique plutôt surréaliste. La Bond girl secondaire est Monica Bellucci. Son rôle est complètement inutile mais elle a quand même réussi à faire un buzz du tonnerre en rappelant … qu’elle est plus âgée que Daniel Craig, que c’est un formidable signal envoyé aux femmes d’âge mûr et que ce serait l’amorce d’une « nouvelle perception de la femme » (sic, extrait d’une interview sur France Info). Sans faire offense aux femmes d’âge mûr, je dois admettre que ces propos sont plutôt risibles. Si James Bond était une franchise visant à promouvoir la cause des femmes, cela fait longtemps que cela se saurait.

Il faudrait par exemple qu’il arrête d’emballer d’un claquement de doigt des minettes qui ont vingt-cinq ans de moins que lui et qui se présentent comme des femmes libérées ne succombant pas au premier venu. Par exemple : Madeleine Swann, jouée par Léa Seydoux dans Spectre ! Même si elle remplit ces critères machistes sans lequel Bond ne serait pas Bond, c’est à mon avis le sujet de satisfaction du film. Elle est jolie comme tout (c’est pour cela qu’elle est là) mais l’actrice a aussi du chien, une forme de personnalité ce qui donne une certaine épaisseur à son personnage, ce dont d’autres Bond girls sont dépourvues.

Le scénario est classique mais un peu paresseux. On trouve deux fois dans le même film le scène spectaculaire de l’immeuble qui s’écroule (dans la scène introductive ainsi qu’à la fin), pourquoi ? La scène où il s’enfuit de la base du méchant planquée dans le désert est plutôt bâclée et même pas spectaculaire (quelle chance qu’un hélicoptère atterrisse là exactement au même moment). C’est sûr qu’on retrouve des recettes similaires dans les autres Bond, je ne le nie pas, mais là c’est trop ! Trop facile, trop improbable, trop tiré par les cheveux, trop vite fait aussi.

Il y a aussi une nouveauté, pas une nouveauté en fait, une continuité qui caractérise les Bond avec Craig (mais pas les autres), qui est que le film est en fait clairement la suite des précédents : on y parle de Vesper Lynd (la Bond girl de Casino Royale), de la mort de M – Judi Dench -. On y parle aussi, et c’était déjà le cas dans Skyfall, de l’enfance de James, de son père, de ses camarades de jeu etc… le personnage se construit petit à petit au fil des épisodes récents – alors que pendant les vingts premiers épisodes, on n’a absolument rien su de qui était James Bond, d’où il venait, où il allait -. Est-ce une bonne chose ? Je ne sais pas trop. En bon fan de la franchise, j’aurais tendance à être hostile à ce genre d’innovations, au départ à tout le moins, mais je dois admettre que je n’ai pas été épouvanté, alors ….

Spectre1

L’innovation la plus hardie (qui n’est pas nouvelle car elle existe déjà dans Skyfall mais pour moi qui n’ai pas vu Skyfall, cela a été un choc) est celle de Miss Moneypenny. Elle est incarnée par l’actrice Naomie Harris – depuis l’opus précédent donc – qui tranche considérablement avec ses prédécesseurs car non seulement elle est noire mais plus encore, elle est – comment dire – vraiment jolie. Ce n’est pas faire offense à la formidable Loïs Maxwell que de faire remarquer qu’habilleurs et costumiers ont donné à toutes les Moneypenny d’avant Harris un look de secrétaire bon teint qui tranchait considérablement avec les décolletés des Bond girls de l’épisode. Et les dialogues croustillants où Bond avait toujours une réplique égrillarde lorsqu’il croisait Moneypenny n’en étaient que plus savoureux : on les interprétait au second degré tandis qu’avec Harris, on retombe au premier degré. De surcroît, il y a même une scène du film qui montre clairement que le personnage a quelqu’un dans sa vie et que ce quelqu’un n’est pas Bond ! Shocking ! Là encore, grand bien lui fasse, mais la pauvre Loïs Maxwell a dû se retourner dans sa tombe. Tout ces petits flirts subtils au MI6 qui ont donné lieu aux meilleures répliques de la franchise ne seraient donc que faux-semblants ! Je me demande si les scénaristes du film ne se sont pas amputés ici d’un des éléments du mythe de Bond.

Voici donc un condensé de mes réflexions sur le dernier Bond ainsi que les commentaires d’un fan… mais qui voit Daniel Craig pour la première fois. Une bonne soirée en somme, avec des copains et dans un cinéma – L’Electric cinéma de Portobello -où je ne vais que pour voir des blockbusters : plutôt sympa. J’irai voir les suivants, sans hésitation, mais nous sommes en présence d’un millésime assez moyen et il faudra des tentatives plus flamboyantes pour égaler les meilleurs opus de la série.

Tous les films

Publicités

Une réflexion sur “Spectre (2015) de Sam Mendes

  1. Pingback: Table des matières | Ecran noir - London

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s